« Seule l’empreinte de nos pas doit rester derrière nous, laissons le meilleur des souvenirs à nos hôtes. »

 

Cette citation, qui provient de la première charte éthique du voyageur écrite en 1996, résume parfaitement bien l’état d’esprit du « voyager » éthique et responsable.

 

Voyager éthique et responsable, une vision nouvelle du voyage

 

Voyager en mode « responsable » débute lors de la préparation du voyage. Il est important de vous renseigner un peu (ou beaucoup ! Merci Wikipédia !) sur la culture du pays visité. Savoir ce qui est proscrit ou à éviter. A titre d’exemples, dans certains pays, au niveau de la tenue vestimentaire, porter une mini jupe est très mal vu par les locaux. En Asie, toucher le crâne d’une personne est très mal perçu au niveau des traditions et coutumes locales. Au Japon, la coutume veut que vous « lâchiez » un rô pour confirmer que le repas de votre hôte était excellentissime, c’est une forme de politesse.

Votre aventure éthique et responsable va vous entraîner dans des zones rurales, hors des sentiers battus, dans un désert ou encore en montagne. Le mot-clé est le respect, respect envers l’environnement et l’écosystème, mais aussi envers les populations locales et leurs traditions. L’adaptation doit venir de vous et non des locaux, soyez vigilants à ne pas inverser les rôles ! N’oubliez jamais que deux mondes se rencontrent lorsque vous voyagez d’un pays à un autre et que, sans l’ombre d’un doute, vous resterez toujours un invité du pays exploré.

Le voyage responsable implique donc l’enjeu de voyager tout en respectant l’équilibre économique local de la préservation des ressources naturelles et culturelles. Cela peut sembler paraître une démarche évidente et spontanée pour vous mais ce n’est pas le cas pour tout le monde ! Prendre le temps de voyager éthique et responsable vous permet de parcourir le globe, rencontrer des personnes atypiques, découvrir des traditions insoupçonnées et surtout, d’apprécier encore plus votre aventure !

 

« Un état d’esprit adaptable au pays visité vous sera primordial pour un épanouissement total lors de votre escapade. »

 

C’est si important que ça de voyager « responsable » ?

 

Le tourisme est une activité humaine polluante qui est en constante croissance ! Avec plus d’un milliards de déplacements internationaux, le secteur du voyage représente l’un des secteurs économiques les plus stable mais aussi l’un des plus polluants au monde ! Les impacts négatifs du tourisme de masse sur l’environnement et sur la population locale ne doivent pas être pris à la légère…

Du point de vue environnemental, l’activité touristique de masse entraîne une hyper consommation des matières premières (pétrole, aluminium et charbon essentiellement) et un surcoût de déchets à gérer ou à recycler. En plus des déchets à traiter, les sources de pollution sont de natures multiples : émission de gaz à effet de serre, contamination de l’air, de l’eau, du sol,… Notre « Mère Terre » souffre énormément des nos mauvaises habitudes de consommation conditionnées et, pour la plupart du temps, inconscientes.

 

« Voyager responsable, c’est avant tout changer nos mauvaises habitudes de consommation ! »

 

Du point de vue social, le tourisme de masse impose l’implantation de grandes infrastructures (complexes hôteliers, parking, boîtes de nuit, route,…) ce qui favorise de manière précoce l’exode rural des locaux et l’abandon des terres au profit des centres de loisirs touristiques.

Il est évident que le but n’est pas de mettre des batons dans les roues du tourisme de masse mais bien de sensibiliser et de conscientiser les voyageurs à se diriger vers une nouvelle façon de partir à l’aventure, peut-être vers un tourisme équitable, afin d’entrer en relation indirecte avec la culture et l’environnement du pays visité.

Le prix des énergies fossiles augmentent chaque année. Le monde change… Il est essentiel de s’adapter et d’adopter rapidement des comportements éthiques et responsables en voyage favorisant au maximum la mobilité « douce » moins polluante comme le stop, le covoiturage, la marche ou le vélo.

 

Un voyage organisé en mode « responsable », les solutions existent !

 

Nous sommes d’accord pour dire qu’à un moment donné, il nous est difficile de faire plus et d’aller plus vite vite que la musique pour réduire notre empreinte carbone ! Par contre, vous pouvez prendre l’initiative de donner de votre temps de voyage pour mettre en place des actions pour l’environnement. Vous pouvez aussi consacrer une petite partie de votre voyage à lui donner du sens en participant à de l’écovolontariat comme le Wwoofing par exemple.

Si vous souhaitez partir en voyage organisé avec des destinations hors des sentiers battus, à l’écart du tourisme de masse pour découvrir les perles cachées; plusieurs sites vous propose des voyages responsables « clé en main »: les sites d’écotourisme.

Grâce à une offre de plus en plus diversifiée, l’écotourisme attire chaque année de plus en plus de voyageurs qui se laissent séduire par cette nouvelle forme de tourisme responsable.

 

Pour en savoir plus, je vous invite à consulter les sites suivants :

 

* Tourisme responsable : ATR – Agir pour un Tourisme Responsable.

* Tourisme solidaire : ATES – Association pour le Tourisme Equitable et Solidaire.

* Tourisme et développement solidaire

* Voyage pour la planète

* Tourisme durable

* Voyager pour préserver

 

« Le voyage permet la rencontre, la rencontre permet la connaissance, la connaissance permet la confiance. »

 

Derniers conseils avant de partir

 

Chacun de nous peut contribuer à être un voyageur responsable, attentif au monde qui l’entoure, à l’écosystème et à ses habitants locaux. Les espaces naturels et culturels sont souvent les principales richesses touristiques d’un pays, ainsi que l’une des premières motivation du voyageur à découvrir ce pays en question.

 

Voici quelques petits conseils avant, pendant et après le voyage :

 

* Évitez de laisser trainer derrière vous des déchets, quels qu’ils soient. Trouvez une poubelle adéquate. S’il n’y a pas de poubelle autour de vous, ayez toujours un sac plastique dans votre sac pour y gardez votre papier, votre emballage ou votre mégot. Lors de la préparation de votre sac à dos, pensez à limiter les emballages qui risquent de rester dans le pays visité. Vous pouvez aussi réduire vote consommation durant le voyage. Moins de consommation = moins de déchets !

* Certains écosystèmes sont plus fragiles que d’autres et nécessitent le respect de précautions particulières : ne pas suivre les sentiers hors pistes, ne pas utiliser de moyen de locomotion motorisés, modérer le piétinement,…

* La moindre des politesse est de toujours avoir l’accord de la personne prête à être filmée ou photographiée. Faites la demande avec votre plus beau sourire, les locaux ne refuseront pas.

* Nourrir les animaux peut-être dangereux car cela risque de modifier leur régime alimentaire. Par exemple, les singes peuvent montrer des signes d’agressivité à cause d’un aliment auquel ils ne sont pas habitués. Il est également préférable de mettre une distance avec certains animaux et éviter de faire du bruit afin de ne pas les déranger dans leur routine quotidienne.

* Consommez mieux ! Privilégiez la nourriture locale et cultivée de manière biologique. Et surtout éviter les supermarchés et les produits préemballés ou surgelés…

* Ne pas trop exhiber une belle caméra, une paire de chaussure luxueuse ou sa collection de bijou en voyage. Certains biens matériels peuvent représenter l’équivalent de plusieurs mois, voir plusieurs années de salaire pour certains habitants locaux du pays visité. Faites preuve d’empathie !

* Tenter de ne pas polluer l’eau potable d’un pays. Dans certains pays, l’eau est une denrée rare. En tant que voyageur responsable adaptez-vous en utilisant si possible les savons et lessives sans phosphates et les détergents biodégradable. Et faites cela à distance raisonnable des points d’eau potable. S’il y a des restrictions de l’utilisation de l’eau dans un pays, adaptez-vous et respectez-les !

* Obtenir une autorisation pour se servir en eau potable dans un puits, à une source ou à la pompe d’un village. Même si vous voyez les locaux le faire spontanément, poser la question pour voir si vous avez aussi la possibilité et le droit d’effectuer cette simple démarche.

* Il est crucial de respecter les règles en vigueur concernant les parcs ou les réserves naturelles. Il n’est jamais agréable de payer le prix des entrées de séjour mais cela donne lieu à la préservation et à la conversation des sites naturels.

* Optez de préférence pour le stop, le covoiturage, le vélo ou la marche qui vous permettront de vous déplacer en respectant la nature et l’environnement. Vous réduirez ainsi votre empreinte carbone durant le voyage. Vous pouvez aussi privilégier les transports en commun comme le train ou le bus. Pour réduire votre « cachet pollution », favorisez l’habitat chez l’habitant ou le logement local en général au lieu des hôtels luxueux rébarbatifs et très polluants !

 

 

Innombrables sont les façons de voyager, de concevoir d’autres contextes environnementaux mais inéluctablement nous laissons des vestiges de notre passage. Que vous soyez un globe-trotter expérimenté ou bien un voyageur en quête de nouvelles aventures et de rencontres inattendues, le tourisme responsable se doit de respecter un temps soit peu la charte éthique du voyageur responsable.

Pour conclure, voyager responsable et éthique apparaît être comme un témoignage d’un superbe voyage tout en pensant au développement durable de notre belle planète. Chaque patrimoine culturel d’un pays est unique et quasiment irremplaçable. Aujourd’hui, le challenge n’est pas uniquement de protéger et de conserver cet héritage culturel mais aussi de le préserver pour les générations futures.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *