L’un des plus grand challenge lorsque l’on prépare un tour du monde, c’est de compresser toute sa vie dans un sac à dos !

Un peu comme la carapace de la tortue, cette « mini maison » va vous suivre pendant des mois, voir des années en parcourant les saisons dans les divers coins visités à travers le globe. Votre sac à dos ne vous quittera plus et se transformera au fur et à mesure de votre voyage en dressing, en chambre, en salle à manger, en salle de bain ou même en cuisine.

 

Le sac à dos, c’est dans la tête !

 

Dans l’optique d’un voyage de longue durée, la pré-opération « sac à dos » découle principalement de la manière dont vous comptez voyager, des lieux visités, de la météo et du but principal de votre expédition.

Lorsque que l’on voyage en sac à dos, il est essentiel de ré-apprendre à voyager autrement qu’en mode « touriste ». Il faut opter pour le mode « léger alternatif ». Il est obligatoire d’inverser vos croyances, de sortir de votre zone de confort; de penser utile, pratique et compact au lieu de de se préoccuper du côté luxueux du périple. Il est donc important de se détacher des bien matériels « accessoires » et appliquer la philosophie de « sobriété heureuse«  dans cet univers de voyage alternatif.

« La sobriété heureuse » est un concept d’un philosophe humaniste très inspirant : Pierre Rabbi. Pour ceux qui ne le connaissent pas, je vous invite à lire son livre pour de plus amples informations au sujet de ce concept de vie.

« En voyageant, on réduit nos besoins et on apprend à vivre avec moins… »

 

Cette vision permet d’aller à l’essentiel au niveau matériel, de se débarrasser du superflu. Il est clair que la mission n’est pas facile car nous avons peur. Peur de manquer de quelque chose une fois sur place. Mais n’oubliez pas que tout ce dont vous avez réellement besoin se trouve au plus profond de vous; de votre âme, de votre cœur et de vos tripes.

Chaque kilo en trop dans votre sac à dos correspond à vos peurs, vos angoisses, vos craintes et vos doutes. Alléger votre sac et laissez toutes ses émotions négatives à la maison !

Au niveau matériel, prenez uniquement ce qui est primordial tout en favorisant des affaires légères et polyvalentes. A contrario, si votre sac à dos est trop lourd à porter, cela risque d’affecter votre plaisir de voyager assez promptement.

 

Il est donc essentiel d’apporter une attention particulière au contenu de son sac et de se poser les bonnes questions avant de partir afin de ne rien oublier et surtout de ne pas trop surcharger votre sac.

 

Préparer son sac à dos?!? Je ferai ça la veille du départ…

 

La préparation du sac à dos ne se fait certainement pas en un jour ou ni en une nuit ! Il est clair que c’est probablement la chose la plus importante dont il faut absolument réfléchir bien à l’avance. Selon vos choix réfléchis ou pas…, soit il sera votre meilleur compagnon de voyage ou soit il deviendra rapidement votre pire cauchemar.

Il est primordial d’emporter un sac à dos de qualité qui ne vous abimera pas les vertèbres et qui vous ne lâchera pas en cours de route. Il vaut mieux parfois investir légèrement plus dans sa future carapace que de tenter d’économiser quelques sous en investissant dans un sac de moindre qualité.

Cela parait anodin mais la qualité du sac fera toute la différence durant votre voyage.

 

« Préparer son sac à dos, c’est déjà entamé son voyage. »

 

Personnellement, je vais parcourir la planète en stop, sans trop savoir ce que je vais manger, ni même où je vais dormir chaque soir. Etant donné que je vais voyager toute l’année avec une météo capricieuse à certains endroits, j’ai passé énormément de temps à cogiter sur le contenu de mon sac à dos. (Je ne laisserai pas la liste du contenu de mon propre sac à dos dans cet article. Chaque sac à dos est unique et personnel.)

Explorer le monde en vagabondant un sac sur le dos, ce n’est pas une chose innée. Seul le facteur « temps » vous permettra de vous adapter pour voyager correctement de manière alternative. Nous commettons toutes et tous des erreurs mais ces dernières vous feront évoluer de manière positive tout au long de votre escapade.

Quelques mois ou quelques jours suffiront pour vous adapter et devenir un pro « Tetris » version sac à dos !

 

Trop de vêtements… tue le vêtement !

 

Soyons direct, on ne part pas en tour du monde pour faire un défilé de mode… Et aussi paradoxal que cela puisse paraître, on embarque moins de vêtements lorsqu’on part pour une longue période que quand on voyage 15 jours !

Évitez les jean’s, pull en laine et autres grosses chaussures.

Un conseil : optez pour des vêtements légers, doux, résistants, facile à vivre; c’est le top !

 

Le matériel informatique pour rester connecté

 

Ce n’est pas parce que vous partez à l’autre bout du monde qu’il ne faut plus donner de nouvelles à personne !

Vu la quantité de moyen de communication en 2017, nous avons tous besoin au minimum d’un smartphone, une tablette ou un pc portable. Dans un premier temps, pour pouvoir donner des nouvelles à nos proches restés au pays ! Dans un second temps, il serait dommage de ne pas utiliser les différentes applications utiles pour vous aider au long de votre aventure, en sachant la multitude de connexion Wifi gratuite disponible sur la planète.

Une caméra et/ou un appareil photo sont aussi indispensables pour ramener de jolies photos et vidéos « souvenirs », surtout lorsque l’on sort des sentiers battus !

Encore une fois le matériel informatique n’est pas une obligation, loin de là ! Tout dépend de votre philosophie de voyage, de votre budget pour partir et et de votre niveau d’addiction aux outils informatiques. (Et s’il reste de la place dans votre sac !)

 

L’ennemi juré du globe trotteur : le poids du sac !

 

Le poids du sac ne doit pas excéder 15 à 20 % de votre poids corporel.

On ne prend pas en compte votre condition physique, ni votre musculature qui peuvent faire varier sensiblement les pourcentages. Si vous pesez 70 kilos, ne dépassez pas les 14 kilos. Si vous pesez 50 kilos, pas plus de 10 kilos. Un sac de maximum 60-70 litres convient parfaitement pour embarquer pas mal de « bidule ». (Une moyenne de 40 à 70 litres selon les besoins)

Faites attention, les kilos ça grimpe à une vitesse folle… Quand vous pensez que certains randonneurs vont même jusqu’à découdre les étiquettes de leurs vêtements pour alléger leur sac à dos ! Ils sont fous ces randonneurs ! (Petit clin d’œil à Astérix)

Ne remplissez jamais votre sac au maximum. Gardez un peu de place ou certaines poches vides pour un souvenir, un achat imprévu ou simplement une bouteille d’eau, qui l’air de rien, pèse son petit kilo…

N’embarquez pas un sac trop volumineux, la tentation d’y mettre encore plus de choses, qui ne vous serviront pas forcément, sera encore plus grande. Le principe est de garder de la place dans son sac « juste au cas où » !

 

« Le premier plaisir du voyage est de se sentir léger. »

 

Pour décharger son sac en poids, on peut également donner, jeter, revendre ou troquer quelques affaires en cours de route. Si vous avez obligatoirement besoin de quelque chose, il suffit de l’acheter sur place. De plus, dans certains pays les produits sont 5 à 10 fois moins cher qu’en Europe… Et ça c’est beau !

Si un objet a une valeur sentimentale et que vous ne souhaitez pas le jeter mais qu’il vous encombre, il est toujours possible d’utiliser la voie postale pour l’expédier directement à votre domicile.

 

 

Derniers conseils, on prend son sac et on se tire…

 

* Être logique et pratique lors du remplissage du sac peut vraiment vous changer la vie en voyage. Répartissez correctement le poids du sac. Les objets lourds contre le dos sur quasiment toute la longueur du dos.

* Un jeu de carte ne prend pas beaucoup de place et peut vous aider à tuer le temps.

* Optez pour des baskets classiques, surtout si vous n’êtes pas un fan de longues randonnées et que vous passez plus de temps dans un bar que sur un sentier de montagne ! Les grosses chaussures de trekking sont lourdes et encombrantes. Par ailleurs, vous constaterez que les locaux sont très souvent en tongues, même si ce n ‘est pas forcément le meilleur exemple à suivre.

* Embarquez un « vieux » téléphone de secours juste au cas où… Il ne prendra pas beaucoup de place, ni de poids et vous sera grandement utile si vous cassez, perdez ou faites voler votre smartphone !

* Sans rentrer en mode « parano », il vaut mieux adopter une attitude préventive lors de votre voyage. A la vue d’un cadenas, un pickpocket sera moins tenté de venir se frotter à votre sac. Un petit cadenas, cela fait toujours son petit effet !

* Ayez toujours votre téléphone chargé et allumé. Dans certains pays, vous risquez d’abandonner votre portable s’il est impossible pour vous de l’allumer lors du passage à la douane.

* Mon vêtement préféré : un sweat-shirt à capuche. Un vêtement pratique qui tient bien chaud grâce à sa capuche lorsque la météo rafraîchit un peu. (tôt en matinée ou en fin de soirée) Surtout très utile lorsqu’on a le crâne dépourvu de cheveux… tout comme moi !

* Pensez à prendre un « doudou », un objet auquel vous tenez et qui vous remontera le moral en cas de « coup de blues ». Il sera propice pour rebondir positivement au cours de votre voyage.

Laissez à portée de main les objets que vous utilisez le plus régulièrement.
(gourde, nourriture, manteau de pluie, bonnet,…)

 

 

 

Pour conclure et sans vous mentir, il n’y a pas de contenu « type » pour préparer un sac à dos pour un voyage de longue durée. C’est à vous de réajuster son contenu en fonction de ce dont vous avez besoin et ce qui vous semblera utile ou inutile tout au long de votre aventure. Il ne faut surtout pas hésiter à se débarrasser des choses superflues afin de poursuivre sa route avec l’essentiel.

Ayez l’esprit léger, pensez utile !

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *